Lettre ouverte de Sud Education et Recherche 86 à Benedicte Robert, Rectrice de l’Académie de Poitiers

A Poitiers, le 13 janvier 2021
samedi 16 janvier 2021
par  admin
popularité : 0%

Madame la Rectrice,

Vous êtes sur une pente glissante : ceci n’est pas une interprétation, c’est un fait, tout comme l’est une pente glissante en ciment d’une école.

Nous sommes en colère contre votre courriel envoyé à l’ensemble des personnels de l’académie sous-entendant que le RSST (registre santé sécurité au travail) est trop utilisé et menaçant à demi-mots les personnels qui en font usage. Ce registre est le principal moyen de protection contre les risques santé/sécurité existants au travail, vous mettant devant votre responsabilité d’employeur. Sachez que nous continuerons à nous en servir et invitons tous les personnels à l’utiliser systématiquement dès qu’ils et elles considèrent être confrontés à un risque. Telle est la réglementation en vigueur.

Nous sommes choqués de vous entendre dire par vos vidéos ou vos interventions dans les établissements scolaires que les élèves sont des éponges et qu’il ne faille pas les angoisser, et qu’en conséquence les dérisoires, voire inexistants, moyens mis en place contre la pandémie dans les écoles et établissements scolaires ne doivent pas être interrogés, contestés. La « positive attitude » que vous promouvez est angoissante et irresponsable, niant le mal-être croissant et les inquiétudes légitimes de tous les personnels toujours plus muselés (votre courriel sur le RSST en témoigne). Vous, qui, délibérément, sous-estimez (en ne testant pas) les cas de COVID dans les établissements, en publiant des chiffres 10 fois inférieurs aux données de Santé Publique France. Vous, qui n’avez rien fait pour doter l’académie d’un service de médecine de prévention alors que c’est un droit ! Comme osez-vous à ce point nier les risques encourus et mettre en danger la santé de toute la communauté éducative ?

Nous sommes sidéré.e.s de voir que vous avez osé intervenir au lycée V. Hugo pour parler de laïcité et de liberté d’expression, vous qui n’avez pas permis que les personnels de nombre d’établissements puissent bénéficier de 2h de banalisation pour échanger et préparer un hommage digne à Samuel Paty, assassiné aussi parce que l’administration n’a pas su le protéger. Quelle indécence de parader ainsi à des fins de communication alors que vous n’hésitez pas à réprimer et sanctionner, seule, contre l’avis des conseils de discipline, "les 4 de Melle" au mépris des libertés fondamentales que sont le droit de grève et la liberté d’expression. La vérité est que, vous, comme votre ministre, ne supportez pas qu’une tête dépasse et ose s’exprimer contre votre politique destructrice. Il aura fallu aller, 9 mois après, jusqu’au tribunal administratif pour que celui-ci mette une barrière à votre politique de répression : Sylvie Contini, la prof d’anglais qui a fait reculer Blanquer

Tout comme celles de votre mentor, nous ne supportons plus vos spams vidéos lénifiantes, pleines de remerciements et de badges infantilisants, pendant que l’éducation nationale se précarise, que le service public d’éducation se dégrade comme jamais, que le malaise et la défiance parmi les personnels atteignent des sommets, comme l’a révélé notre enquête de décembre sur les conditions de travail en Vienne.

Pendant que le Grenelle de l’éducation a accouché d’une souris historique avec des revalorisations discriminatoires et dérisoires ciblées sur les échelons dont le traitement se rapprochait du SMIC, oubliant nombre de personnels, en particulier parmi les plus précaires (AED, AESH, contractuels, agents administratifs...), vous avez été récompensée (pour quelle(s) mission(s) ?) d’une prime de près de 10.000€ pour continuer à jouer la partition blanquerienne, qui laissera une trace noire dans l’histoire. Les enseignant.e.s de France sont parmi, et de loin, les plus mal rémunéré.e.s des pays de l’OCDE. Un.e enseignant.e français.e est moins bien rémunéré.e que tous les autres cadres A de la fonction publique ou nombre de diplômé.e.s BAC + 3. AESH et AED vivent avec moins de 900€ par mois.

Pendant que les effectifs d’élèves continuent d’augmenter, vous annoncez, pour la rentrée 2021, la destruction de 70 postes sur l’académie de Poitiers, dont une partie sera compensée par des HSA supplémentaires (à quand la 3ème heure supplémentaire obligatoire pour encore dégrader nos conditions de travail ?) et des effectifs d’élèves par classe toujours plus élevés.

Les personnels de l’éducation seront en grève et en manifestation le 26 janvier pour dénoncer la précarisation rampante de l’éducation nationale, que ce soit en termes de postes et de rémunérations.

Vous n’êtes que l’hologramme de Blanquer, dont vous avez toujours été une proche collaboratrice. Tout comme votre maître-à-penser, nous demandons votre démission. Nous ne travaillons pas pour vous, nous travaillons pour un service public d’éducation digne, avec des moyens décents, pour des programmes émancipateurs, en tenant compte des inégalités sociales, afin de former des citoyens éclairés, qui auront toutes les armes pour aller vers une transformation sociale de notre société sous l’aune de valeurs humanistes.

Vous êtes du mauvais côté de la pente. Glissez maintenant vers la sortie. Les personnels vous remercient.


Documents joints

Lettre Ouverte 13-01-2021

Navigation

Articles de la rubrique